Biodégradable ou Compostable?

Emballage biodégradable vs Emballage compostable ?

Nous sommes devenus plus conscients des conséquences de la dégradation de notre écosystème, en particulier des emballages que nous utilisons quand nous allons à l’épicerie. un nombre croissant de pays et de villes votent des lois ou règlements pour interdire l’usage des emballages plastiques au profit des emballages biodégradables ou compostables. Et si l’on s’attaque aux emballages d’épicerie, il n’en demeure pas moins que nombre d’emballages d’eau potables en plastique sont très nocifs a l’environnement. Car il faut plus de 400 ans à une bouteille en plastique pour se décomposer.

Dans ce virage vers un environnement plus sain, les consommateurs sont un peu perdus dans les définitions des concepts « Biodégradable » et « Biocompostable »

Qu’en est-il exactement?

EMBALLAGE BIODÉGRADABLE

Un emballage biodégradable se décompose sans effet néfaste sur l’environnement. Ce faisant, il émet notamment de l’eau, du dioxyde de carbone et/ou du méthane.

Généralement, on considère un matériau comme biodégradable s’il atteint 90 % de dégradation au bout de 6 mois ou moins sous l’action des micro-organismes.

Ainsi, un emballage biodégradable est constitué de matériaux qui se décomposent sous l’action de bactéries, de champignons, de l’oxygène, de l’humidité ou encore de la chaleur. Une banane par exemple simplement laissée à l’air libre se dégrade rapidement.

Toutefois, il faut savoir que les écosystèmes ont une capacité limitée à absorber des produits biodégradables. Ainsi même les matières biodégradables peuvent leur causer des dommages si elles sont en trop grandes quantités.

 Un emballage biodégradable peut ne pas être compostable alors que tous les emballages compostables sont forcément biodégradables

EMBALLAGE COMPOSTABLE

Pour être compostable, un produit doit respecter des critères supplémentaires à savoir :

  • La désintégration du matériau doivent être de moins de 2 mm au bout de 3 mois. Cela se traduit par une absence de contamination visuelle du compost. Ce paramètre est mesuré à l’aide d’un tamis : moins de 10 % des particules doivent être retenues dans le tamis.
  • La concentration des métaux lourds doivent être très faible. Pour vérifier cela, on effectue des tests de croissance des plantes avec un compost témoin certifié et dans le compost en question.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *